AGACEMENTS

AGACEMENTS

A LA MANIERE DE PAUL

Salut mes canards 

 

Stop ! Arrêtez ! N'en jetez plus ! 

Oh la, la, ça n'arrête pas, entre scandale politico-financier, lynchage médiatique et rebondissements d'un paradis fiscal à l'autre, les roseraies en ont pour leur argent. Normal, c'est le printemps. Les fleurs s'ouvrent aux beaux jours revenus (si, si, cherchez bien !) et les verreux à leurs juges préférés. 

CAHUSAC... trop facile de balancer après tout ce que l'on lit, voit et entend. 

N'empêche ils ont fait fort là.  

Balancer au ministère du budget un fraudeur du fisc, c'est comme installer Marc DUTROU à la petite enfance, fallait oser quand même. 

L'addition commence à peser et j'ai comme envie de me lâcher, mais à la manière de Paul Eluard, figure française de la poésie, combattant de gauche bien qu'exclu en 1931 du PCF. 

Oh, certes, je n'en revendique pas le talent et les plus vicieux iront jusqu'à me reprocher d'avoir pompé le style, la verve... soit, j'assume ; mais d'abord, Desproges l'a fait avant moi et lui on lui a rien dit, alors la ferme ! 

J'y mets mes mots, c'est tout. 

 

Sur ta main clouée sur ton coeur devant les détresses humaines, 

Sur tes larmes de compassion facile, indéfiniment versées pour les combats convenus, 

Sur tes promesses de lendemains qui chantent sur fond de révolution avortée, 

Sur tes rêves sacrifiés vendus aux plus offrants pour un siège au Parlement, 

Sur tes trahisons petites et grandes pour satisfaire ton ambition dévorante pour tout ce qui ressemble de près ou de loin à l'illusion du pouvoir, 

Sur tes orgies ministérielles loin de ceux que tu prétends protéger, servir, 

Sur tes gesticulations vaines pour masquer tes errances, ton indécision, 

Sur ta mollesse dans la conduite du pays et ta frilosité devant les décisions courageuses à prendre, 

Sur ton autisme au service de tes dogmes d'un autre temps, 

Sur tes magouilles d'hier et d'aujourd'hui, 

Sur tes scandales sanguins et financiers, 

Sur ta soif de caviar une fois le pouvoir conquis, 

Sur tes amis "suicidés" pour t'avoir si bien servi, 

Sur la voie que tu as ouverte et que tu traces encore aux descendant des ordres noirs de part tes "fautes morales",  


 

J'écris ton nom : SOCIALISME. 

 

Je revisionnais aujourd'hui un extrait de je ne sais plus quelle émission de la chaine D8, où Audrey PULVAR, enrageait de voir CAHUSAC  entacher le gouvernement de gauche avec son affaire avouée de compte en Suisse, le plongeant dans ce que l'on peut appeler maintenant une vraie crise de crédibilité.  

Et la journaliste de rappeler qu'elle était à la Bastille en 1981, qu'elle y avait cru,  qu'on avait déjà connu la désillusion avec Mitterrand avec ses scandales à répétition pendant ses 2 mandats, qu'elle en avait assez de se faire cocufier, par cette gauche , selon ses propres termes. 

Ma chère, apprenez que se planter une fois, ça arrive à tout le monde, ça s'appelle l'expérience. Le sage assume, prend fait et cause et grandit de ses échecs. 

 

Fallait pas nous en remettre une couche avec le fromage des pays bas. 

La même erreur deux fois, moi j'appelle ça de la bêtise ! 

 

A+ 



04/04/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres