AGACEMENTS

AGACEMENTS

LIBERTE D'EXPRESSION... FERME TA GUEULE !

Un petit préalable...

Extrait de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme :

 

Article 19

"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."

 

 

Salut mes canards,

 

Surpris ?

Pourquoi me direz vous, une telle mise en scène, un tel cérémonial avant de m'épancher ? C'est vrai quoi, il nous fait quoi le gars ?

Bah, en fait c'est tout simple, je pars toujours du principe que le troupeau est souvent victime d'amnésie et que revenir aux fondamentaux, ça peut permettre de garder quelques repères avant que les esprits ne s'échauffent. Mais là encore, vous allez me dire "mais mirmidon, misère de grenouille, quel lien avec le titre quelque peu grossier de cet article pourtant prometteur ?"

Il est vrai que passer de la Déclaration... à ferme ta gueule, ça interpelle. Soit, je m'explique.

 

 

Aujourd'hui, un ministre de la République, Manuel VALLS en l'occurrence, met en danger la liberté d'expression et par là, les fondements de cette même République qu'il est sensé défendre. Etonnant paradoxe mon "cher" !

J'entends déjà les hordes hystériques partisanes bavant leur haine à mon encontre avant même d'imaginer écouter mon propos... même pas étonné !

Calmons nous, surtout vous, les haineux et reprenons les faits.

 

 

Il y a quelques jours l'humoriste DIEUDONNE, dont certains lui contestent le talent, même quand il oublie la provocation, s'est à nouveau lâché sur un journaliste, Patrick COHEN, en des termes peu élogieux, sinon très limites du point de vue de la communauté israélite. La direction de Radio France, employeur du-dit journaliste déclare il y a une semaine vouloir intenter une action en justice contre l'artiste, jusque là, rien d'anormal, c'est le droit (le devoir ?) de tout employeur que de prendre la défense d'un de ses salariés si tant est que celui-ci fut attaqué à raison de son activité professionnelle.

Là où je dis stop ! c'est lorsque notre ministre de l'intérieur déclare vouloir "étudier toutes les voies juridiques pour interdire les réunions publiques de l'humoriste Dieudonné" au prétexte de la menace potentielle que font peser ses propos ou spectacles sur l'ordre public.

Pour ma part, je suis loin d'approuver les propos et prises de positions de l'artiste, mais l'affaire fait naître en moi les réflexions suivantes, je vous les livre en toute bonne foi et transparence :

1/ La liberté d'expression peut elle se voir fixer une limite  ?

2/ Cette même liberté d'expression peut-elle être bridée par un gouvernant ou un gouvernement ?

3/ Cavanna avait-il raison de déclarer "La liberté, c'est ce que permet de faire a longueur de la chaine" ?

 

Au deux premières question, je réponds NON, sans hésiter. Je ne peux pas imaginer un instant être muselé au nom de je ne sais quelle idéologie, opinion, démagogie... J'ai le droit de m'exprimer, de livrer mon avis et tu as le droit lecteur, le DEVOIR même, de me contredire si tu n'es pas d'accord avec moi. C'est ton honneur et ton droit les plus absolus et je te les reconnais bien volontiers.

Bon, d'un autre côté, si tu es d'accord avec moi, je ne vais pas te jeter la pierre. Mais je reste persuadé que toute opinion, aussi abjecte, absurde, idiote, futile, vide de sens soit-elle doit pouvoir être exprimée. Reste au peuple d'utiliser son intelligence et ses valeurs pour faire la part des choses et se forger sa PROPRE OPINION. Et là, vu le niveau, c'est vrai, c'est pas gagné !

Pas vrai Nabilla ?

On sait aussi qu'un troupeau ignorant est docile et facile à mener... Merci médias complices et Education Nationale résignée.

 

A la troisième question je me dis que si ça continue, ben... OUI, il n'avait pas tort le bonhomme.

 

Mais dans cette triste histoire, ce qui me navre le plus, c'est que c'est le N°2 du Front National qui rappelle VALLS à l'ordre (public ?), j'ai nommé Florient PHILIPPO qui déclare : "S'il parle (d'interdire) ses spectacles, je trouve ça très dangereux. Interdire des spectacles d'un humoriste, là on tombe dans une dérive extrêmement préoccupante pour la liberté d'expression en France. Après, il y a des lois. S'il y a des appels à la violence, des insultes, des diffamations et que des gens se sentent concernés, ils peuvent aller devant la justice. Mais de là à interdire le spectacle d'un humoriste, je trouve cela très inquiétant pour nos libertés publiques et ça en dit long sur Manuel Valls"

Et là, malgré l'absence totale de sympathie que j'ai pour le personnage, ce qu'il véhicule et représente, je dois bien reconnaître que, sur ce coup là... il a raison.

 

Tu vois Manuel, à cause de toi, sur ce point précis, je suis obligé de me ranger aux côtés de ce mec... et franchement, ça me fait mal au cul !

 

A+

 

AU FAIT : Et si le recours de DIEUDONNE, fort de 140 000 signatures pour faire interdire la LICRA, était à l'origine de la vindicte publique ?

je ne fais que poser la question.



27/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres