AGACEMENTS

AGACEMENTS

MAI FAIS CE QU'IL TE PLAIT

Salut mes canards !

 

Voici venir le jouli moi de mai où les fleurs comme qui dirait, volent aux vents. De manière tout à fait fortuite, cette année, ce mois commence par le 1er de lui même, ah dis-donc !

Et en plus c'est l'occasion de commémorer plein de choses... génial ! Passons cela en revue si vous le voulez bien. Mais si vous le voulez !

 

408 : décès  de Flavius Arcadius, empereur romain d'Orient qui en dehors du fait de se faire éclater par les Goths à Constantinople, ne laissera dans l'histoire aucune trace notable à l'instar de la virgule dans mes toilettes après le passage de la brosse.

1572 : c'est au tour du pape Pie V de calancher. En dehors du fait que l'un de ses successeurs fut atteint d'incontinence chronique,  il mènera une lutte farouche contre les spectacles taurins au grand damne de nos amis espagnols menacés ainsi d'excommunication.  L'affaire est d'importance et nul doute  que BB l'aurait en son temps approuvé.

1993 : Pierre Bérégovoy : 1er ministre de la République Française et inféodé à Tonton dit "le fossoyeur de la République", met fin  à ses jours dans la ville de Nevers au moyen d'un pistolet. Germaine Truchon, sa bonne, mettra plus de huit heures à nettoyer l'intérieur de la berline où l'élu s'est supprimé. Les petits morceaux d'os et de cervelle ont néanmoins laissé des traces indélébiles sur le cuir des sièges du véhicule. A l'instar d'ailleurs des différents scandales qui émaillent le règne présidentiel d'alors sur les beaux idéaux populistes de gauche.

1994 : Brisé par le chagrin dû au décès de son ami Pierre Bérégovoy, Ayrton Senna met fin à ses jours en faisant un "tout droit" à l'occasion du grand prix de San Marin et s'encastre  à 210 km/h dans un  mur en béton qui bordait sottement la piste. Les radars des carabiniers sont formels, le pilote ne portaient pas sa  ceinture de sécurité.

2015 (il faut bien parler d'aujourd'hui)  : pas (pour le moment) de décès à déplorer. De grands rassemblements sont prévus dans les rues des grandes villes de France pour commémorer les luttes syndicales de la fin du XIXe siècle à l'occasion desquelles, les ouvriers osèrent réclamer des journées de travail de 8 heures... on aura tout vu !

Ouvert au dialogue, le gouvernement fera donner la troupe afin d'apprendre à ces gueux comment se gagne le droit de la ramener. Cette attitude que l'on pourrait qualifier un peu vite de radicale, il faut bien que l'armée s'entraîne, n'aura de cesse d'alimenter un ressentiment encore vivace de nos jours de la part des syndicalistes. Incompréhensible !

Ah oui, j'allais oublier :  la statue de Jeanne d'Arc est encore souillée sans que cela n'émeuve les pouvoirs publics.

 

A+



01/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres