AGACEMENTS

AGACEMENTS

ROUGE, JE TIRE

Salut mes canards,

 

ATTENTION ! ATTENTION !

Les rouges descendent dans le rue, ça braille, ça casse, ça vilipende, ça proteste contre l’Etat-Capital qui s’en prend aux acquis sociaux, qui fait rien qu’à jouer le jeu immonde et sournois de l’empire capitaliste étendant son emprise tentaculaire sur les masses laborieuses, etc, etc, etc, …

Je t’épargne la suite, lecteur assidu des mes lignes agacées, tu connais aussi bien que moi la diatribe revendicatrice des gauchos essoufflés, avinés, gavés de haine farouche contre toute tentative pour faire évoluer notre société dans le sens de la marche.

 

Pis, ces braillards dénonçant les abus des nantis, n’en n’adoptent pas moins les mêmes méthodes. J’en veux pour preuve la condamnation en 2014, passée sous silence, de la CGT, du PCF et de divers organismes dépendant d’eux dans l’affaire des détournements de fonds du CE d’EdF. L’affaire révélée en 2003 aura finalement vu son aboutissement 10 ans plus tard.

Je ne saurai que trop te recommander la lecture de cet article paru dans « Le point.fr », rare média de l’époque à se faire l’écho de la décision des juges. Ces derniers, bridés par un code pénal clément n’ont pas pu donner plus que ce que la loi prévoit en pareille circonstances. Je te laisse découvrir l’article, mais prends soin de t’asseoir avant, les sommes sont colossales :

//www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/nouailhac-la-cgt-d-edf-lourdement-condamnee-21-10-2014-1874245_2428.php

 

Plus de doute possible, la mafia est partout, même dans la grande majorité silencieusement complice des journalistes frileux et jaloux de leur statut. Il est vrai aussi que la CGT contrôle la presse… la dictature n’est pas forcément là où on le croit. En d’autres temps, une telle affaire aurait dû condamner les organisations concernées à la dissolution. Je serai curieux de mettre le nez dans l’inventaire de leurs  possessions. Mais pour dissoudre, il faut du courage, oh ! pas grand-chose, juste donner les faits, rien que les faits. Et balayer devant sa porte, tu vois ce que je veux dire ?

 

Les troubles d’aujourd’hui prennent pour prétexte la lutte contre le « projet de loi travail » défendu du bout des lèvres par notre transparente ministre du travail. Mais ce n’est qu’un leurre pour défendre d’autres intérêts. Voyons la liste des participants aux manifs’ d’aujourd’hui :

CGT, SUD, FSU (fonction publique, non concernée par le projet de loi), FIDL (les mômes ?), UNEF (les étudiants ?), UNL (encore les mômes ?) et tout un cortège de délégations syndicales venues des 4 coins de l’Europe qui n’ont que faire de nos tracas hexagonaux, mais dont la seule utilité est de venir gonfler les rangs clairsemés d’une mobilisation en chute libre.

L’internationale rouge existe pour ce qui est des braillards syndicalistes (pardon pour le pléonasme), mais l’amitié entre les peuples, prônée après guerre par ces mêmes partisans n’est qu’un fantôme de plus dans le jardin d’Eden populaire vendu par les plus idéalistes de leurs militants.

 

Bref ce mouvement n’est qu’une vaste fumisterie en écran de fumée destiné à faire campagne pour lesdites organisations à l’aube des prochaines élections professionnelles.

 

Révolution, à quand ton heure ?

 

A+



14/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres