AGACEMENTS

AGACEMENTS

SOIF DE POUVOIR

Salut mes canards !

 

Nouvelle année, nouvel élan !

 

Et non, je ne vais pas vous adresser mes voeux, on ne se connait toujours pas, j'ai pas envie de souhaiter la bonne année à des inconnus, m'en fiche pas mal. Contrairement à notre "petit François" national qui vous les a adressés la semaine dernière. Non pas qu'il s'intéresse à vous, mais il parait que ça se fait quand on est berger en chef du troupeau.

 

Une qui en aurait besoin d'un nouvel élan, c'est cette chère Ségolène qui s'emmerde à cent sous de l'heure, les pieds dans ses bottes de cahoutchouc pleine de bouse dans sa Charente préférée. Exilée là bas depuis ses gamelles électorales à répétition, elle n'en finit plus de ronger son frein pendant que les copains de roseraie lui passent devant sur les marches du pouvoir.

 

Sur l'express.fr, elle se compare à un joueur sur la touche prêt à rentrer sur le terrain, la belle image que voilà. Moi j'y ajouterai volontiers les pleurnichages (barbarisme !) de circonstance adressés à l'entraîneur : "Eh m'sieur, quand c'est que j'rentre ?, J'veux y aller, dites, je peux là ? En plus y a le 9 y fait rien que de bêtises là".

Remis dans le contexte politico-personnel ça donnerait plutôt :

"François, tu ne peux pas me faire ça, à moi la mère de tes gosses, tu n'as pas le droit de m'écarter des ministères. Allez bibiche, donne moi un ministère, un tout petit même, je m'en fiche ! Je me ferai petite, minuscule. T'as qu'à me donner la jeunesse et les sports, tiens, c'est sans risque, je peux pas me planter là bas. Non ? Tu veux pas ? Même pas un sous-sous secrétariat d'Etat à je ne sais quoi ? Je t'en prie, laisse moi ramper, donne moi tes chemises à repasser, laisse moi me glisser sous tes tapis élyséens, laisse moi m'humilier publiquement, mais donne moi du pouvoir !"

 

Mais non ma pôvre ! même le troupeau ne veut pas de toi. Tu payes maintenant tes errements d'hier, entre "bravitude", apologie du système judiciaire chinois en 2007, ton déjeuner avec un représentant du Hesbolah pendant ta piteuse campagne présidentielle, tes prises de gueule avec Martine pour lui disputer la tête du parti à Reims, encore un couronnement raté, ta tentative de coup d'état local à La Rochelle... Tourne la page, reste dans ta région et fais toi oublier, ce sera mieux pour tout le monde.

 

Je suis dur là, non ? Bah oui, mais que veux-tu ami lecteur, c'est tellement facile. Je ne lui reconnais qu'un mérite, au demeurant modeste, celui d'afficher ses ambitions au grand jour. La manière reste, cependant,  à travailler.

Etonnant ce manque de finesse pour une nana !

 

A+

 



04/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres