AGACEMENTS

AGACEMENTS

L'HOMME QUI VALAIT 200 MILLIARDS

 

Salut mes canards,

 

C’est arrivé cette nuit, Christophe de Margerie, emblématique PDG de TOTAL est décédé dans un accident d’avion près de Moscou. Ce triste évènement m’inspire quelques réflexions :

 

1/ Nos amis gauchistes vont être heureux de constater que face à la mort, nous sommes tous égaux, tant les passagers du vol MH17 de cet été en Ukraine que l’un de nos Capitaine d’industrie. Finalement plein aux as ou fauché comme les blés, la mort ne fait pas de distinction quand l’heure arrive. Si comme au temps jadis, la naissance joue pour beaucoup pour tracer l’avenir du commun, au moment fatidique, l’assistante de direction trilingue qui se mélange les langues, le pompeux cadre boursoufflé d’importance, le politique de pouvoir assoiffé ou le greloteux de base finissent tous par nourrir les asticots sans que la faucheuse n’envoie d’avis de passage préalable. Cette dimension égalitaire ne sera certainement pas pour déplaire aux plus intégristes des principes de Jaurès.

 

 

 

2/ Selon les premiers éléments de l’enquête par nos journalistes reportés, la faute en reviendrait à un conducteur de déneigeuse enivré qui encombrait le passage de l’avion au moment du décollage. Faut-il y voir ici un symbole de la lutte des classes ?

Ivanovitch gavé de vodka pour oublier sa condition, errant sur les pistes aux commandes de son engin, cause l’accident qui fait calencher le patron de notre fleuron industriel national, il y a comme une ironie du sort qui flotte dans l’air. Nathalie Arthaud doit jubiler. On aurait pu imaginer autre chose pour l’intéressé. Par exemple, finir décapité en martyr par les fous d’Allah, histoire de coller à l’actualité du moment. Ou encore terrassé par une rupture d’anévrisme en plein conseil d’administration ou bien rongé par un cancer malicieux. Mais non, c’est un prolo de base, pardon pour le pléonasme, qui semble être la cause du trépas.

 

Jean de Lafontaine disait dans l’une de ses fable « On a souvent besoin d’un plus petit que soi ». Euh… certes, mais parfois, il est salutaire de s’en passer.

 

 

 

Toujours est-il que la succession est ouverte. J’adorerais être petite souris pour assister à la désignation du relayeur : comment ça se passe les crêpages de chignon dans les hautes sphères industrielles ? A la manière des Tontons Flingueurs ? « Faut reconnaître que sur la fin, il avait plus toute sa tête… ». Tout le monde n’étant pas nécessairement d’accord avec les choix pré-mortem du Big Boss. Point de panique, la continuité du business est assurée puisqu’un conseil d’administration exceptionnel se réunit en ce moment pour assurer l’intérim. Normal me direz-vous. Certes. J’ai simplement relevé le commentaire laconique d’un journaleux de permanence sur la première radio de France auto-revendiquée : il s’inquiétait pour le cours de l’action TOTAL.

 

Finalement, si ta vie ne tient qu’à un fil incertain, elle a quand même une valeur cotée en bourse.

 

 

 

A+

 



21/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres