AGACEMENTS

AGACEMENTS

TARTE A L'OGM

Salut mes canards,

 

Voilà des mois, voire même des années que je ne savais par quel bout prendre ce délicat dossier des OGM.

Nombre de pseudo-spécialistes des questions alimentaires, journalistes éclairés et autres commentateurs en mal d'inspiration, se sont fait consciemment ou non les porte-paroles de l'industrie agro-alimentaire pour, au mieux vanter les mérites des bidouillages transmoléculaires, au pire émettre de vague doutes sur une éventuelle toxicité de produits issus des-dites manipulations sans pour autant oser aller au bout de la démarche.

 

Soit, puisse que vous hésitez, moi, j'ose.

 

Ce qui m'a déclenché finalement c'est une étude récente menée par le Professeur Gilles-Eric Séralini sur une population test de 165 rats de laboratoire. Les résultats diffusés sur nos ondes et écrans plats sont saisissants : les bestiaux ont développé des tumeurs après avoir absorbé du maïs génétiquement modifié, le "fameux" NK603, et avoir été exposés à un herbicide, le Roundup.

Particularité de ces deux produits, ils sont fabriqués par la même firme : MONSANTO.

 

Notons au passage l'approche astucieuse : je te refile de quoi désherber ton champ de maïs, mon Roundup "superdestructor", mais afin que tes récoltes ne soient pas détruites par ce produit, je te refile le maïs qui va avec et qui lui résiste grâce à mes bidouillages génétiques en laboratoire. Bilan de l'affaire : je te vends deux produits au lieu d'un.

Fallait y penser quand même. Ils sont malins au service marketing !

A toute fins utiles, voici un lien sur l'émission diffusée par ARTE, rare chaine de télévision à tenter d'élever le niveau culturel des populations :

LE MONDE SELON MONSANTO : http://www.youtube.com/watch?v=zv-UvuNRh_Q

EDIFIANT !!!

 

Oui, mais seulement voilà, l'étude de ce professeur de l'université de Caen vient contrarier les projets de la multinationale. Les images choquent l'opinion, il faut calmer le jeu tout de suite, étouffer l'affaire.

Emu par les résultats de l'expérimentation, notre nouveau gouvernement saisit le Haut Conseil des Biotechnologies ainsi que l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation, de l'Environnement et du Travail... rien que ça !

 

Cette semaine, ces hautes autorités rendent un verdict sans appel : l'étude n'a pas été menée avec le sérieux et la rigueur nécessaires en pareilles circonstances... Ben voyons !

Du coup, on préconise de mener une nouvelle étude, selon quel protocole ?

Lorsque Monsanto livre les résultats de ses recherches sur ses produits les données brutes n'apparaissent jamais. Normal, ils ne vont quand même pas se tirer une balle dans le pied. En haut lieu, on est convaincu que JAMAIS Ô GRAND JAMAIS, une multinationale oserait trifouiller sa copie pour la rendre acceptable...

 

J'ai beau être bonne pâte, parfois un rien naïf et bien-pensant (si, si, ça arrive !) on ne m'otera pas de l'idée qu'il y a là une manifestation de certains lobbies qui voient dans la publication de cette étude indépendante un coup de frein possible au commerce de leurs substances bidouillées.

 

Je m'explique...

 

On sait depuis longtemps que la Commission de Bruxelles, organe exécutif de l'Union Européenne, est sous l'influence (le contrôle ?) de pas mal de groupements d'intérêt dont la finalité n'est pas toujours la recherche du bien être de chacun, mais plutôt d'un maximum de profit. Les recherches coûtent cher, il faut bien rentabiliser.

 

Sur le principe, la culture d'OGM est autorisée dans l'UE par la-dite Commission, mais certains pays, la France en tête en ont d'ors et déjà interdit la pratique sur leurs territoires. Le dossier est brûlant alors on avance à petit pas.

Si la culture est interdite sur le territoire, l'importation, elle, ne pose pas de problème. Mieux encore : Pour ce qui est de la consommation humaine, la réglementation fait obligation aux industriels de mentionner la présence d'OGM dans leurs produits s'ils entrent pour plus de 0,9% dans la fabrication.

En revanche, rien n'en limite l'usage pour la consommation animale. Nos bovins peuvent se gaver de ces substances, tout est parfaitement légal...

Cela n'est pas sans me rappeler l'affaire de la vache folle en 1996, époque merveilleuse où l'on nourissait les herbivores avec des farines animales : en gros leur faire manger de la viande en farine. Brillant ! Intelligent ! Génialissime !

 

Il semble que l'être humain n'ait pas tiré tous les enseignements du passé. Les guerres ne suffisent plus pour envisager l'éradication de l'espèce humaine, il faut aussi s'en prendre à l'alimentation, c'est plus efficace. Tu comprends ami lecteur, un empoisonnement à l'échelle mondiale, c'est quand même d'un meilleur rendement et surtout plus propre qu'un holocauste thermo-nucléaire.

Ca doit être ça le génie humain !

 

A+



23/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres