AGACEMENTS

AGACEMENTS

ACTUALITE AU LANCE FLAMME


INSOUMIS HYPOCRITES

Salut mes canards !

 

Le temps a passé et notre fromage national a dû faire place à un petit jeune de son entourage pour mettre en place les réformes que lui-même n’a pas eu le courage d’entreprendre. Reconnaissons qu’en la matière, il a fait fort le poulain. Pour une fois, on peut difficilement lui reprocher de ne pas mettre en œuvre son programme annoncé au printemps.

 

 

Le petit Manu, nous a vendu une autre manière de voir la gouvernance de l’Etat avec avant tout un pragmatisme dans les décisions au service de l’efficacité des mesures prises. Alors oui, il tranche dans le vif, tâche de faire bouger les frontières et de relancer une machine France endormie sous des décennies de laisser-aller coupable dans la gestion des affaires du pays. Là où Marianne s’empâtait doucement, il lui fait bouger son popotin pour reprendre de la vigueur. Contre toute attente, je dois bien reconnaître qu’il me plait bien le petit Manu, malgré ses approximations de campagne électorale.

 

 

Son approche déconcerte, fait exploser la concurrence. La droite traditionnelle se tire une balle dans le pied en pleine élection présidentielle et se cherche un nouveau patron susceptible de lui redonner un sens. La gauche, explosée en vol faute d’unité, s’éparpille aux quatre vents, sacrifiée sur l’autel de ses scandales et de ses visions ineptes d’un autre temps. Le coup des 35h00 a déjà été fait, alors on tâche de vendre maladroitement un revenu universel pour tout le monde… sous conditions de ressources. Cherchez l’erreur. Solférino est bradé au plus offrant, Hamon s’en va bouder, lâché qu’il fut par son parti en pleine élection… La Le Pen se grille comme une grande en plein débat. Bref du pain béni pour le nouvel occupant de l’Elysée.

 

 

Sortant de la masse, la France Insoumise se veut, elle aussi, différente des autres… mais pas trop. C’est la France de la contestation, de ceux qui refusent l’ordre établi, des idéologues mis sur la touche par le truchement de l’évolution de la société,  des mentalités, de ceux, aussi, profondément dégoutés de s’être maintes fois fait trahir par de pseudos leaders de gauche plus arrivistes que convaincus par les idéaux de Jaurès. C’est la France qui râle pour un oui ou pour un non, qui parfois prête à rire quand ses élus et autres porte-paroles sont pris la main dans le sac de la tromperie ou de la faute morale. Pas facile de prôner le social et de se l’appliquer à soi-même ! La GARRIDO en a fait les frais et a dû déménager des HLM de Paris vers la Seine St Denis avec son CORBIERE de compagnon où ils ont pu trouver un autre logement. Au fait, CORBIERE, n’est-il pas élu de Seine St Denis ? Surprenant en effet la facilité de retrouver un logement en ces périodes de pénurie de biens sur le marché. Mais bon… peut-être ont-ils eu de la chance avec le marché privé.

 

 

Marché privé qui ne plait d’ailleurs pas à une autre élue de LFI, Danielle SIMONNET qui elle, n’entend pas quitter son logement géré par la ville de Paris. Ce n’est pas à proprement parlé un logement social mais il reste néanmoins géré par la ville de Paris à des loyers 30 à 40% inférieurs à ceux du marché. Justifiant sa position, elle déclare "Je ne veux pas me loger dans le privé, enrichir un propriétaire privé et participer à la spéculation immobilière". Dans le genre mauvais foi, difficile de rivaliser.

 

Image1.png

 

 

On sait la gauche hostile à toute forme d’enrichissement, surtout lorsqu’il a pour origine les propriétaires-nantis-capitalistes-exploiteurs-des-masses-sans-aucun-cœur, en oubliant, excusez du peu, que pour en arriver là, il leur aura fallu souvent trimer toute une vie pour se constituer un capital immobilier. Les fourbes !

Non, elle ne veut pas enrichir un cochon de proprio privé, elle préfère faire des économies sur son propre budget logement quitte à griller la politesse aux 120 000 demandes en liste d’attente de gens VRAIMENT dans le besoin. C’est une certaine idée de la gauche, faite de discours égalitaires, de morale dégoulinante de larmes sur le malheur des autres, mais qui, de retour à la maison, fait fi de tout cela pour vivre dans son confort « petit bourgeois » pour reprendre une expression très répandue dans les rangs de la France Insoumise. La Droite, c'est l'inégalité dans la répartition des richesses. Et la gauche ? Bah c'est l'égalité dans la répartition de la pauvreté... sauf pour elle!

 

 

Les bobos de Paname ont encore de beaux jours devant eux, ne venez pas pleurer devant moi sur le sort des sans-abris, la nausée me gagne.

 

 

A+


27/10/2017
0 Poster un commentaire

JUSTICE DE PAPIER

Salut mes canards,

 

La Justice de son glaive d’Airain a tranché dans le vif et le Claude il a pris deux ans dont un ferme plus cinq années d’interdiction de mandat électif. Dur, dur pour un ex ministre, déchéance suprême de voir son nom frappé du sceau de l’infamie après avoir tutoyé les plus hautes sphères du pouvoir.

Bah oui, mais à confondre fonds publics et tirelire personnelle, il ne faut pas s’étonner de manger un jour ou l’autre.

Claude GUEANT, ex ministre de l’intérieur mais surtout, ancien directeur de cabinet de Sarkozy du temps où ce dernier officiait place Beauvau à Panam entre 2002 et 2004, puisait dans les enveloppes destinées à financer les frais d’enquête pour s’indemniser lui-même ainsi que quelques courtisans acquis à sa cause.  

-          L’argent est là, personne ne le sait, autant se servir, c’est pas bon de laisser dormir les sous.

-          Oui mais c’est du vol !

-          Ouais bah complique pas et mange, j’te dis !

Justice a donc été rendue, même si l’intéressé s’est pourvu en cassation, les faits sont là, avérés. Seul un défaut de procédure pourrait maintenant annuler la peine, DSK connait bien, depuis le scandale de la MNEF dans les années 90…

 

Au-delà de cette navrante affaire qui confirme, s’il en était besoin, que l’exercice du pouvoir flirte avec les mœurs d’une république bananière et malgré l’apparente fermeté du verdict prononcé par nos juges sourcilleux, je souhaite ici vous apporter la démonstration qu’une jolie pièce de théâtre est en train de se jouer sous nos yeux.

 

Je passe sur le fait de l’existence de fonds en liquide au ministère de l’intérieur, après tout, certaines affaires nécessitent l’utilisation de méthodes au demeurant peu recommandables mais à tout le moins efficaces. La fin justifiant les moyens, fermons pudiquement les yeux…

Sauf que le Claude, il ne fera pas de la tôle ! 

Comment est-ce possible ? Bah, c’est simple, il suffit d’appliquer la loi.

Le Parisien.fr livre une explication des plus sidérante :

Les peines inférieures à deux ans de prison ferme sont aménageables, l’intéressé sera convoqué par un juge d'application des peines. Supérieure à six mois ferme, sa peine ne pourra pas être convertie en jours-amendes ou en travaux d'intérêt général. Dommage, j’aurais aimé le voir piocher sur le bord de nos chaussées sous les regards d’opprobre des foules anonymes.

Resteront plusieurs aménagements possibles :

* La semi-liberté, c'est-à-dire dehors en journée, en cellule la nuit (on y croit !),

* Le bracelet électronique, accessoire sado-maso très en vogue dans les hautes sphères du pouvoir.

* Le Claude pourra également mettre en avant son âge et solliciter « une libération conditionnelle » dont peuvent bénéficier les condamnés de plus de 70 ans.

Si le talent n’attend pas le nombre des années, le pouvoir de nuisance, lui, ne dure que trop.

 

Dans ces conditions comment ne pas s’offusquer, comment ne pas remettre en cause tout un système qui apporte la démonstration par lui-même qu’il est avant tout au service des élites ? Comment ne pas encourager le travail au noir, puisse que nos petits chefs en montre l’exemple ?

 

Alors bien sûr, ami lecteur, tu me diras que la loi est la même pour tous et que le délinquant de base, amateur ou professionnel encourt les mêmes sanctions. Certes.

Sauf que l’exercice du pouvoir au nom de la collectivité suppose nécessairement de faire preuve d’une intégrité sans faille… surtout dans les bureaux du premier flic de France !

Vue sous cet angle, l’infamie n’est que mollement condamnée, la peine risible et la justice, ou du moins l’idée que l’on peut s’en faire, bafouée.

 

Lorsque les ordres noirs reviendront au pouvoir, ne venez pas pleurer, petite noblesse républicaine, par vos agissements, vous aurez été les artificiers qui auront fait voler en éclat nos libertés.

Reste-t-il de la place dans les fossés de Vincennes ?

 

A+

 


24/01/2017
1 Poster un commentaire

LE BOUFFON-ROY ET L'OURS

Salut mes canards,

 

Le 20 janvier 2017 restera à jamais marqué comme le jour qui aura vu un pantin ridicule accéder à la tête de la première puissance mondiale.

Le peuple bovin gavé d’ice-cream et de coca-cola a cédé aux chimères des promesses intenables d’un milliardaire mégalo persuadé que l’on peut diriger un pays comme on pilote un business.

Ce matin il se sera levé, lavé, rasé, aura flatté la croupe de sa régulière siliconée à grands coups de queue histoire de canaliser un excédant de testostérone afin ne point bafouiller au moment de la prestation de serment. Le brushing impeccable de ses implants capillaires, le costume parfait, les canines luisantes au soleil,  il montera sur l’ultime marche du pouvoir, fier de sa puissance, boursouflé d’orgueil, prêt à écraser tout ce qui se mettra sur sa route, pour fracasser sa nation sur le mur des réalités économiques.

Alors, plus tard,  il se repliera sur lui-même, trop fier pour admettre ses errements, rejetant la faute sur les autres, sur les milliardaires qui ont financé sa campagne, ceux-là même qu’il a nommé ministres pour les remercier, comme le maître distribue des lambeaux de chair à ses molosses affamés, comme le marchand négociant les contreparties d’un marché de dupe.

 

Loin de là, l’Ours sort de sa tanière, déploie ses muscles comme autant de phénix renaissant de leurs cendres, prêt à engloutir sa part du gâteau. Patient, il aura avancé ses pièces d’échiquier au fil des ans pour se préparer à étendre son emprise (empire ?) sur le reste du vieux continent.

L’élection américaine lui fournit un allié de choix en la personne d’un bouffon même pas charismatique, mais acquis à sa cause. Poutine,  doit se frotter les mains.  Volonté à peine masquée du maintenant président d’outre Atlantique, laisser l’Europe se débrouiller avec sa propre défense : quitter l’OTAN, voilà peut être ce que sera l'une de ses premières décisions. A moins de se servir de ce levier pour imposer l’ouverture de nos frontières à je ne sais quel poison transgénique. Choix cornélien pour les européens : se soumettre aux volontés d’un démagogue populiste colérique ou risquer tôt ou tard de céder à la pression venue de l’est.

 

 

Reste une option pour l’Europe, potentiellement créatrice d’emploi et de croissance : faire tourner nos usines d’armement afin d’être en capacité de montrer les muscles face à « Vlad’ le rouge ». Option qui ne réjouira pas les pacifistes bornés, mais qui a au moins le mérite d’un pragmatisme de bon aloi en ces temps troublés.

Vieille Europe, il te faut réapprendre à te défendre seule si tu veux rester dans la cour des grands et ne pas servir de repas aux superpuissances.

Ou bien apprendre le Russe.

 

A+


20/01/2017
1 Poster un commentaire

DETOURNEMENT D'OPINIONS

Salut mes canards,

 

L'automne s'est bien installé dans son manteau de pluie et de feuilles mortes portées par les vents mauvais...

j'arrête là le romantisme, ça me gonfle au dernier degré à la manière d'un politicard hypocrite en campagne et tant pis pour le pléonasme.

 

 

Toute la semaine journaleux de service et élus de tous poils se sont précipités de commémorations post-attentat en inaugurations larmoyantes de plaques marbrées à la mémoire des victimes de la folie des barbares orientaux. C'est à qui pleurera le plus, pressurera jusqu'à la dernière goutte le jus des cadavres pour nourrir les plumes ensanglotées et les discours suintant d'émotion fausse au service des périodes pré-électorales : regarde comme je pleure bien sur la mémoire des défunts.

Lamentable.

 

 

L'existence a continué son chemin, certains se reconstruisent, d'autres pas, c'est la vie et tant pis pour le navrant lieu commun. En attendant, outre Atlantique, Donald a défoncé Minnie sur fond d'invectives, insultes et ordures rhétoriques dénués de vrai débat sur les problèmes de société. Le candidat le plus braillard  l'a emporté, c'est ainsi que vont les choses.

Cela fait naître en moi la réflexion suivante :

Marcel n'aime pas réfléchir, il vote à l'instinct, sur la foi de rien du tout, juste avec l'impression qu'un guignol sorti de nulle part peu le sauver du naufrage. De ce fait persuadé d'avoir balayé ses problèmes d'un revers de bras en envoyant tout valdinguer il pense changer sa destinée. Comportement fâcheux d'apprenti sorcier. Comme le disait mon maître d'école du cours moyen : n'importe quoi, pourvu que ça mousse !

J'en viens à me demander s'il ne faudrait pas réserver le droit de vote aux seuls gens doués de raison, à l'image du suffrage censitaire, imaginer une élection accessibles aux seuls électeurs atteignant un QI minimum. Voter avec sa tête voilà le défi.

 

 

N'empêche, les démocrates américains sont remerciés et descendent dans les rues pour protester contre cette caricature au brushing impeccable promise à la maison blanche. Mais c'est ça la démocratie mes canards, la dictature des masses sur les minorités. Assumer la démocratie c'est accepter la victoire de l'autre camp, même si vous le trouvez détestable, à tord ou à raison.

 

 

Dans moins d'un an, en France, vous vous rendrez aux urnes.

Soyez prêts à accueillir le résultat, quel qu'il soit, du fascisme rouge au noir en passant par les corrompus hypocrites de droite à gauche ou les indécis du centre.

Moi, j'avoue, j'hésite encore à me prononcer pour le moment. Elire mon champion ou faire barrage ? A qui ? Pour qui ?

 

 

DEMOCRATIE ?

 

A+ 

 


13/11/2016
5 Poster un commentaire

ROUGE, JE TIRE

Salut mes canards,

 

ATTENTION ! ATTENTION !

Les rouges descendent dans le rue, ça braille, ça casse, ça vilipende, ça proteste contre l’Etat-Capital qui s’en prend aux acquis sociaux, qui fait rien qu’à jouer le jeu immonde et sournois de l’empire capitaliste étendant son emprise tentaculaire sur les masses laborieuses, etc, etc, etc, …

Je t’épargne la suite, lecteur assidu des mes lignes agacées, tu connais aussi bien que moi la diatribe revendicatrice des gauchos essoufflés, avinés, gavés de haine farouche contre toute tentative pour faire évoluer notre société dans le sens de la marche.

 

Pis, ces braillards dénonçant les abus des nantis, n’en n’adoptent pas moins les mêmes méthodes. J’en veux pour preuve la condamnation en 2014, passée sous silence, de la CGT, du PCF et de divers organismes dépendant d’eux dans l’affaire des détournements de fonds du CE d’EdF. L’affaire révélée en 2003 aura finalement vu son aboutissement 10 ans plus tard.

Je ne saurai que trop te recommander la lecture de cet article paru dans « Le point.fr », rare média de l’époque à se faire l’écho de la décision des juges. Ces derniers, bridés par un code pénal clément n’ont pas pu donner plus que ce que la loi prévoit en pareille circonstances. Je te laisse découvrir l’article, mais prends soin de t’asseoir avant, les sommes sont colossales :

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/nouailhac-la-cgt-d-edf-lourdement-condamnee-21-10-2014-1874245_2428.php

 

Plus de doute possible, la mafia est partout, même dans la grande majorité silencieusement complice des journalistes frileux et jaloux de leur statut. Il est vrai aussi que la CGT contrôle la presse… la dictature n’est pas forcément là où on le croit. En d’autres temps, une telle affaire aurait dû condamner les organisations concernées à la dissolution. Je serai curieux de mettre le nez dans l’inventaire de leurs  possessions. Mais pour dissoudre, il faut du courage, oh ! pas grand-chose, juste donner les faits, rien que les faits. Et balayer devant sa porte, tu vois ce que je veux dire ?

 

Les troubles d’aujourd’hui prennent pour prétexte la lutte contre le « projet de loi travail » défendu du bout des lèvres par notre transparente ministre du travail. Mais ce n’est qu’un leurre pour défendre d’autres intérêts. Voyons la liste des participants aux manifs’ d’aujourd’hui :

CGT, SUD, FSU (fonction publique, non concernée par le projet de loi), FIDL (les mômes ?), UNEF (les étudiants ?), UNL (encore les mômes ?) et tout un cortège de délégations syndicales venues des 4 coins de l’Europe qui n’ont que faire de nos tracas hexagonaux, mais dont la seule utilité est de venir gonfler les rangs clairsemés d’une mobilisation en chute libre.

L’internationale rouge existe pour ce qui est des braillards syndicalistes (pardon pour le pléonasme), mais l’amitié entre les peuples, prônée après guerre par ces mêmes partisans n’est qu’un fantôme de plus dans le jardin d’Eden populaire vendu par les plus idéalistes de leurs militants.

 

Bref ce mouvement n’est qu’une vaste fumisterie en écran de fumée destiné à faire campagne pour lesdites organisations à l’aube des prochaines élections professionnelles.

 

Révolution, à quand ton heure ?

 

A+


14/06/2016
0 Poster un commentaire