AGACEMENTS

AGACEMENTS

Périple chez les Vikings

Salut mes Canards !

 

Je devrais plutôt dire "Macareux". Eh oui, en rangeant un peu à la maison je suis tombé sur des notes que j'avais prises il y a 16 ans lors d'un voyage aventure avec mon ami Alain. Nous étions partis avec la B... et le Couteau comme on dit... Bon, 3 mois de préparation physique quand même, mais juste le sac à dos une carte et une boussole. Alain m'a précédé de quelques jours, il a flambé tout son frique, ou presque et s'alimente à base de mars et de snikers... les nutritionistes apprécieront.

Nous sommes donc au mois de mai 1994, alors que les Sirènes attendent leur descendance (à l'automne en général), je débarque en ISLANDE ! Début de l'histoire...

 

20/5 : Arrivée à Reykjavick où je retrouve Alain la tronche pleine de coups de soleil (!). Bonne ambiance et tout et tout; Nous logeons à l'armée du salut : 1100 KR la nuit soit environ 100 francs (salut les pauvres !). Le soir, en route pour une pizza de l'autre côté de la ville ; résultat : 8 bornes et pas de pizza, nous avons mangé des hamburgers.

 

21/5 : Préparatifs du départ, courses, bières le soir dans 2 bars (pubs ?). Coucher vers minuit. Ah oui ! Pas de vrai nuit en Islande à cette époque de l'année. Le soleil se contente de disparaitre à l'horizon pour réapparaitre vers 5h00 du matin.

 

22/5 : Ca y est on part ! Direction la compagnie de bus qui doit nous amener à 150 bornes de la capitale. Super ! et gros "flop" ! Pas de bus aujourd'hui, car c'est la fête (encore un coup des curés). Histoire de ne pas perdre de temps, nous décidons de nous avancer... de 50 KM vers Selfoss. Heureusement le stop c'est pas fait pour les chiens. Deux camionettes s'arrêtent pour nous prendren résultat : 35 KM économisés sur nos calories ! Nous arrivons à Selfoss avec 15 KM dans les jambes et quelques "bobos". Camping  = 300 KR + 50 KR pour l'eau chaude (on n'arrète pas de payer dans ce pays !).

 


 

23/5 : Lever après une nuit de 12H00 (on est quand même en vacances !). Le beau temps qui nous accompagnait jusqu'ici semble laisser place à de gros nuages qui ne demandent qu'à lâcher leurs tonnes d'eau. Qui vivra verra !

J'ai vécu, j'ai vu. Nous avons pris le bus jusqu'à Skogar. Là de magnifiques chuttes d'eau nous accueillent. Puis nous partons en direction de Thörsmösk via 2 refuges. Après 5h00 de marche dont une partie dans la neige, nous n'y sommes toujours pas . Moi, je n'y suis plus du tout. Mon énergie a fichu le camp à la façon d'un soufflé qui se dégonfle. Mes jambes ne me tiennent plus,. Nous sommes contraints de nous arrêter sur des rochers pour établir un camp de fortune. Alain est d'une aide précieuse et m'aide à me changer. Il fait la popote (soupe, fromage, ananas). C'est fou comme un rien parait merveilleux dans un monde hostile. Impossible de monter la tente, nous dormirons "à la belle étoile".

 

 

24/5 : Alain s'est gelé toute la nuit. A 5h00 du matin, nous décidons de redescendre dans la vallée, impossible de continuer tant qu'il y aura de la neige. Arrivés au camping, nous rencontrons un gars d'Ivry sur Seine qui nous dit bosser àla RATP.

 

25/5 : Nous décidons de nous rendre à Vick en stop. Vu le nombre de voitures, ça ne va pas être facile. En plus de ça, il pleut. Nous arrivons finalement sans encombre à destination vers 13H30. Nous décidons de nous rendre à Kirkjubaejarklaustur.... (imprononçable !). Une étape de 78 KM. Pas de chance avec l'auto stop. Après 2h30 de marche, nous plantons la tente. Peut être aurons-nous plus de chance demain ? Le décor qui nous entoure est quasi irréel : un immense désert à plusieurs KM à la ronde avec en toile de fond un glacier... superbe !

 


 

 

26/5 : Rebelotte avec l'auto-stop et re-bide. Finalement nous retournons à Vick pour prendre le bus de demain midi qui nous emmènera à la réserve naturelle de Skaftafell (après Kirk...). Ces dernières 24 heures ont été géniales ! auto-stop (20 voitures), dodo (au bord de la route), auto-stop, et bide final. Manque de chance, arrivés au camping de Vick, les douches ne fontionnent pas. La dernière fois que nous nous sommes lavés entièrement remonte à, heu... au 22/5. 4 jours dans la sueur, les pieds qui sentent, les chaussettes qui collent dans le fond et tout et tout.

 

27/5 : Bus direction Skaftafell. Pas de problème, paysage super et surtout l'espoir d'une douche (enfin !). Manque de chance, nous devrons attendre demain (aux dires du gardien). En attendant, balade dans le parc ; ça a l'air chouette. Demain, à peu près 6 ou 7 heures de marche dans le parc, ça promet ! (vivement la douche !).

 

 

28/5 : Miracle ! une douche, chaude et ... gratuite ! ça fait du bien de se sentir enfin propre. Alain et moi utilisons une serviette parfumée en guise de déodorant. Rudimentaire mais cool ! La balade d'aujourd'hui s'est montrée à la hauteur de nos espoirs. Vraiment sympa, sauf qu'au retour je me suis fait agresser par des oiseaux. Arrivés au camping douche chaude et gratuite (ça m'a trop manqué).

 

 

Et voilà, fin de la prise de notes et de l'histoire. Le lendemain nous prenions le bus pour le trajet retour, encore une nuit à l'armée du salut et enfin une pizza puis décolage pour Paris.

 

Un récit qui n'a rien à voir avec l'objet de ce blog, mais une aventure humaine géniale. Merci à toi Alain pour ton idée et surtout de m'avoir sauvé la vie dans la neige !

 

A+



11/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres