AGACEMENTS

AGACEMENTS

LA GUERRE DES BOUTONS

Salut mes canards !

 

Il règne depuis quelques temps en ce beau Pays d’en France, comme une atmosphère un rien contestataire. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai la vague impression que le bon Peuple râle contre son dévoué gouvernement  du fait sa volonté de réformer le système des retraites ; Alors forcément ça coince. « Touche pas au grisbi, salope » disait Francis Blanche dans « Les Tontons flingueurs ». Au passage, ne ratez pas ce petit morceau de chef d’œuvre du 7e art.

 

Oui chers gouvernants, quand on touche au porte monnaie du bétail, ce dernier se révolte…


Quoi que.

 

Il faut bien reconnaitre que malgré un début prometteur, la mobilisation faiblit quelque peu, et que loin de paralyser le pays, cette dernière tend à virer à la farce. On est très loin des grèves de mai 68 où les factions gauchisantes de l’extrême ont cru un moment l’emporter face au capitalisme qui faisait rien qu’à étendre son emprise tentaculaire sur les masses laborieuses. Espoir de révolution tué dans l’œuf !


Alors telle une approximative érection fatiguée échouant à l'entrée du minou, le mouvement mollit, se transforme en blagounette : les transports en commun, mis à part quelques points tièdes, fonctionnent à peu près correctement, le bon peuple baisse l’échine et s’en retourne gagner sa maigre pitance, porté qu’il est par son train-train quotidien, son litre de rouge, sa baguette de pain et sa télévision adorée.

 

Les troupes se démobilisant, il faut trouver du sang neuf à jeter dans la bataille pour entretenir un semblant de lutte dont tout le monde sait, y compris les contestataires, qu’elle est vaine et mal orientée.


Alors les forces vives de la gauche mole décident d’appeler la jeunesse niaise à la rescousse. Ceux-là, au moins, ne réfléchissent pas, il n’ont pas besoin de gagner leur vie puisse qu’ils vivent aux crochets de leurs parents, il sont malléables à souhaits et du fait de la poussée des hormones ne demandent qu’à se rebeller contre tout et n’importe quoi pourvu que cela fasse du bruit…

J’en ai eu un brillant exemple hier soir en regardant, atterré que j’étais, le JT de France 2. Le PUJADAS de service interrogeait la trésorière de l’UNL laquelle déversait sur nos écrans le fruit de sa doctrine apprise par cœur. Oui parce que même au lycée on se syndique histoire d’endoctriner la jeunesse avant même de la laisser développer sa liberté de penser, de raisonner. Déjà l’art de répondre à côté des questions semblait maîtrisé. J’ai tourné les talons, écœuré.

Quand on interroge ces boutonneux sur le fondement de leur « révolte », force est de constater le vide sidéral de toute forme de raisonnement argumenté. Profs de philo, au boulot, il y a du pain sur la planche.

 

Ne nous y trompons pas mes canards, l’art de manipuler les foules est aussi bien maîtrisé que celui de retourner sa veste en pareille circonstance, et ce n’est pas cette chère Ségo qui me contredira !

 

A+

 

 

Kit de protection anti-endoctrinement lycéen



15/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Humour pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres